L’Eden

En cet endroit situé dans les hauts de Libéria existait une grande maison bâtie sous la houlette de la famille Dureau de Vaulcomte et desservie par une route carrossable.

Les promeneurs de l’époque y accédaient à cheval ou encore en « chaises à porteurs ». Il existait également une plantation de girofliers et d’arbres à parfums, des vergers et de la vanille. On pouvait admirer les azalées en fleur qui étaient des plus idylliques. C’est de la combinaison de tous ces éléments qu’a dû, sans doute, naître l’appellation « d’Eden ».

On y a cultivé du thé au 19ème siècle, jusqu’en 1920, plante introduite en 1729 par le Chevalier D Guay, sur ordre de la Compagnie des Indes. Le dernier propriétaire de cette plantation était M. Dureau de Volcomte. L’exploitation non rentable fût abandonnée.

En 2005, l’Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique des Rivières de l’Est (AAPPMARE), en collaboration avec le département de la Réunion redonne vie à ce jardin de thé, valorisant ainsi un patrimoine culturel oublié.

Aujourd’hui, le sentier qui mène au site, fait la joie des petits et grands. Marche facile, elle permet à chacun de découvrir une faune et une flore riches et apaisantes, avant d’avoir une vue imprenable sur la côte Est de la Réunion.